Le défi des bâtisseurs.

Coulage de plomb

La cathédrale tient debout parce qu'elle bouge ; c'est une structure élastique composée principalement de pierres retenues par du fer.
Plusieurs techniques sont employées. Sur la tour par exemple, les pierres sont agrafées entre elles et retenues ensuite par d'énormes barres de fer qui viennent la cercler.

D'autres techniques sont très intéressantes, notamment celle du coulage au plomb. Prenons l'exemple des meneaux d'une fenêtre de la nef, nous voyons qu'il y a un tenon en fer qui vient liaisonner les deux (meneaux).
La méthode est la suivante. On place des petites cales en ardoise entre les deux meneaux, ce qui prépare l'espace du joint, puis on pose un bandeau en argile autour. Dans le meneau du dessus, on creuse un canal de coulée pour le plomb et on met en place le tenon de fer. Le plomb est coulé; il vient se mettre dans le joint jusqu'à l'argile. Une fois que c'est sec, il ne reste plus qu'à enlever l'argile et le tour est joué.

Images de synthèse : Inventive Studio - Stéphane Potier / Jean-Luc Weimar / Edith Vanrenterghem
Modélisation cathédrale de Strasbourg : Stéphane Potier
Restitutions archéologiques et architecturales : Stéphane Potier, Sabine Bengel, Clément Kelheter